Dernière ligne droite pour découvrir “le monde nouveau de Charlotte Perriand” à la Fondation Louis Vuitton : dépêchez-vous, l’exposition ferme ses portes le 24 février !

Une designer eco-responsable

Designer et créatrice de meubles d’une grande modernité, Charlotte Perriand a marqué le siècle dernier par son audace et son attachement à l’éthique. Eco-responsable avant l’heure, cette artiste née en 1903 a très tôt pris conscience des challenges sociaux et urbanistes car elle était déjà à l’écoute de son temps.

La rétrospective que lui consacre la Fondation Vuitton laisse voir près de 400 créations allant de sa chaise basculante à sa cuisine en polyester en passant par la maquette de sa résidence hôtelière des Arcs en Savoie.

Au fil des salles et des étages, plusieurs « environnements » à taille réelle ont été reconstitués afin que les spectateurs puissent capter l’inventivité de Charlotte Perriand, son amour des matériaux et son attrait pour le fonctionnel.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogne
Cette chaise longue basculante en bois et bambou (1940) est une transposition de la fameuse chaise en acier chromé réalisée par Charlotte Perriand en 1929

Une visionnaire au service de l’humain

Toute sa vie durant, Charlotte Perriand a créé des espaces de vie collective, des refuges sociaux et même esquissé des modules en kit et des aménagements préfabriqués ! Réfléchissant autour de maisons « dépouillées », elle en a simplifié les structures, les a ouvertes vers l’extérieur, a consacré des pièces à l’intellect, d’autres au sport et placé toutes ses recherches artistiques au service de l’humain.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogne
La Maison au bord de l’eau (1934) est l’un des projets d’architecture préfabriquée de Charlotte Pérriand. Conçue pour être produite en série et livrée en kit , elle s’adapte à tous les terrains grâce à ses pilotis et s’ouvre sur une terrasse.

Un juste équilibre entre l’art industriel et l’organique

Bien ancrée dans son ère industrielle, Charlotte Perriand a utilisé l’acier, le verre ou l’aluminium, tout en conférant à ses œuvres une féminité et une grande poésie. Adepte de l’art organique et proche de la nature, elle a fait appel à la pierre, au bois brut, au bambou, à l’ardoise et a constellé ses créations de courbes et de motifs végétaux.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogne
La Maison de thé de l’UNESCO (1993) est protégée de bambous et composée d’un chapiteau en Mylar suspendu.

Les années Japon

Dans les années 40, Charlotte Perriand a effectué un séjour de deux ans en Extrême-Orient et précisément au Japon. S’inspirant de la culture nippone, elle a par la suite réalisé une maison sur pilotis et toute une série de meubles aux lignes très épurées. En 1993, elle a aussi créé l’espace Thé de l’UNESCO.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogne
Lors de son séjour au Japon, Charlotte Perriand s’inspire de l’artisanat local pour créer ses propres meubles. Dans cet ensemble de 1940, elle utilise le bambou pour tout le mobilier (La lampe, la table de chevet et le lit avec appui-tête)

Un art collectif

Mêlant son travail à celui d’autres artistes, Charlotte Perriand a placé au sein de ses environnements des vitraux de Le Corbusier, des tapisseries de Joan Miró ou des dessins de Fernand leger. Afin d’illustrer son engagement pour un art collectif, l’exposition de la Fondation Vuitton a mis en avant de multiples œuvres de Calder, Braque ou Delaunay avec lesquels Charlotte a très souvent collaboré.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogne
Autour du bahut en bois laqué conçu par Charlotte Perriand se déclinent une huile sur toile de Fernand Léger et des bronzes d’Henri Laurens. Une façon d’illustrer le gout de cette artiste pour les oeuvres collectives.

Qu’il s’agisse d’urbanisme, d’architecture, de pur design ou même de photographie, ce qui ressort le plus du long parcours artistique de Charlotte Perriand, c’est son besoin d’harmonie et de liberté.

charlotte perriand - syma news - expo - exposition - lvmh - fondation louis vuitton - art - florence yeremian - mobilier - designer - artiste - le corbusier - japon - leger - miro - picasso - delaunay - boulogneLe monde nouveau de Charlotte Perriand

Fondation Louis Vuitton
8 avenue du Mahatma-Ganghi
Paris 16e

Jusqu’au 24 février 2020

Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.