Le Greco, peintre visionnaire du XVIIe siècle

Apres l’exposition consacrée à Toulouse Lautrec, le Grand Palais, nous propose une rencontre avec le Greco afin de nous faire capter la modernité de ce prophète artistique. Audacieux, obstiné et possédant une sensibilité particulière, ce peintre visionnaire du XVIIe siècle a réussi à s’élever parmi les grandes figures de la Renaissance et à influencer nombres d’artistes modernes et contemporains.

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Cette toile de Saint Dominique en prière offre autant de ferveur que de dramaturgie. La disposition de profil du Christ en croix et l’intériorité du Saint sont d’une modernité étonnante. (vers 1585_1590 – Huile sur toile – Collection Arango)

De la Grèce à l’Italie

Le Greco est une figure particulière du monde de l’art. Né en Crête sous le nom de Domenikos Theotokopoulos, il s’est initialement consacré à la peinture d’icônes et de panneaux de dévotion. Travaillant sur bois dans la pure tradition byzantine, il a réalisé des œuvres essentiellement religieuses ne laissant pas encore prévoir l’évolution de son art et de sa palette. Parmi les quelques pièces de l’exposition témoignant de sa première période, la plupart viennent justement d’institutions grecques à l’exemple du Musée Benaki ou de la Pinacothèque d’Athènes. On peut y discerner une inspiration italienne mais ses personnages sont encore emprunts d’une certaine rigidité. Tout cela va évoluer avec son départ pour Venise…

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
De par son ascendance grecque, Le Greco a été formé à la peinture d’icônes qui confère une grande sévérité et une religiosité aux visages. Les regards du Greco s’inspirent donc de cette intensité purement byzantine. (Sainte Véronique – Huile sur toile – 1580 – Musée de SantaCruz à Tolède)

La Sérénissime

En 1567, Le Greco débarque à la Cité des Doges. Du haut de ses 26 ans, ce jeune étranger peine à se faire une place mais il en profite pour découvrir l’art du Titien, la dynamique de Tintoret et les clairs-obscurs de Bassano.

Apprenant la grammaire de la Renaissance, son écriture se fait peu à peu vénitienne : couleurs, faste, chatoiement des tissus… Le Greco libère son pinceau et accentue sa palette avant de partir pour Rome où il espère trouver un meilleur accueil…

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Jeux de couleur, clairs-obscurs, chatoiement des tissus… la peinture du Greco décline parfaitement la grammaire de la Renaissance (Le Partage de la Tunique du Christ – El Expolio – Détail – huile sur panneau – vers 1579-80 – National Trust Collections, Upton House)

Rome et Religion

Comme il ne maîtrise pas la fresque, Le Greco n’a pas accès aux grandes commandes et doit se contenter de peindre des petits tableaux de dévotion. Sa période romaine se consacre ainsi essentiellement à un art religieux, néanmoins le talent de portraitiste du Greco commence à se faire connaître et grâce à sa fréquentation des cercles humanistes, sa réputation se forge.

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Portrait d’un architecte (détail) – vers 1575-76 – Huile sur toile – Statens Museum for Kunst de Copenhague

Un grand portraitiste

À côté de ses saints, ses Adorations et ses Christ en croix, Le Greco met donc en images la société humaniste qu’il côtoie : architectes, sculpteurs, hommes de lettre… De nombreux Romains posent pour lui jusqu’à son départ pour l’Espagne où il réalise l’étonnant portrait du Cardinal Nino de Guevara, grand inquisiteur.

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Le grand inquisiteur d’Espagne, Nino de Guevara fit faire son portrait au Greco juste avant d’être nommé évêque de Séville. La singularité de ce tableau inspira autant Velasquez que Francis Bacon (Vers 1600 – Huile sur toile – The Metropolitan Museum of Art de New York )

Le Greco s’installe à Tolède

Entre les panneaux pour la cathédrale de Tolède et les tableaux pour le Roi Philippe II, le style si particulier du Greco parvient enfin à se propager en Castille. Maître d’un atelier, il peut à présent pleinement se consacrer à son art et imposer ses propres canons.

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Avec ce Christ en croix, le Greco joue sur le clair obscur et l’étirement des corps pour conférer un aspect dramatique et presque spectral à sa figure divine. (Huile sur toile – 1600 – Museum of Art de Cleveland)

Une fabuleuse liberté stylistique

La particularité du Greco réside dans la grande force plastique de sa peinture : grâce à sa touche enlevée et à sa maîtrise des couleurs, ce peintre parvient à créer des silhouettes puissantes et distordues qui semblent être en mouvement perpétuel.

Allant au-delà des apparences, Le Greco ne cherche pas à copier le réel, il pousse plus loin. Comme le dit Guillaume Kientz le commissaire de l’exposition : « Son art est performatif car Le Greco est dans l’outre-peinture ». En effet, l’artiste intègre un souffle, un imaginaire et une sensibilité qui sont bien en avance sur son temps.

En cela, ce peintre de la Renaissance est un véritable précurseur car il ne se contente pas de reproduire académiquement le monde qui l’entoure. À l’exemple des artistes modernes du XXe siècle, il interprète ce qu’il voit, le transforme et va jusqu’à travailler de façon sérielle sur le même personnage ou le même motif !

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
La peinture du Greco propose un avant-gardisme impressionnant à tous les niveaux : sa touche, ses angles de vue, l’étirement de ses silhouettes et la liberté de mouvement de ses personnages. Cette Vision de Saint Jean nous évoque aussi bien les Baigneuses de Cézanne que les compositions de Picasso qui fut l’un de ses fervents admirateurs (L’Ouverture du Cinquième sceau – vers 1610_1614 – Huile sur toile – The Metropolitan Museum of New York)

.

Greco - Le Greco - el greco - peintre - grand palais - art - kunst - expo - exposition - paris - renaissance - painter - syma news - florence Yeremian - portrait
Manuel Theotokopouli, fils du Greco – 1603 – Huile sur toile – Musée des beaux Arts de Séville

Greco

Grand Palais

Du 16 octobre au 10 février 2020
Tous les jours sauf le mardi

Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.