Le rideau se lève sur un fastueux décor de chapelle orné d’angelots et d’ogives gothiques. Grace à un savant jeu de perspective, le regard du spectateur est immédiatement happé par la scène qui prend des allures d’anamorphose. 

Michel Bouquet (Orgon) & Michel Fau (Tartuffe)

 

Réunie en ce « sanctuaire théâtral », la famille d’Orgon peste après le maître des lieux et son entichement pour Tartuffe : l’on peut voir Elmire son épouse, Damis son fils, Cléante son beau-frère, Dorine sa suivante ainsi que Mariane, sa pauvre fille promise au machiavélique Tartuffe. Tous en choeur complotent et médisent contre ce faux dévot qui possède une si grande influence auprès de leur père et risque bien de leur dérober leur fortune…

Une famille baroque vétue par Christian Lacroix

Mise en scène par Michel Fau, cette magnifique pièce de Molière met en avant le goût du comédien pour le baroque et l’exubérance : entre les jeux de lumière sulfureux et les costumes éclatants de Christian Lacroix, l’écrin est posé. Viennent ensuite les artistes et non des moindres : Michel Bouquet, Nicole Calfan, Christine Murillo ainsi que Michel Fau, lui-même, qui s’est octroyé le rôle de Tartuffe. Face à une telle distribution l’on exulte, l’on s’impatiente, et pourtant la pièce sonne complètement faux ! Nicole Calfan (Elmire) déclame comme une automate, Alexandre Ruby (Damis) hurle à tout-va, Michel Bouquet (Orgon) reste, hélas, inaudible, quant au jeune couple d’amants Valère / Mariane, leur interprétation frôle l’ineptie : tandis que Justine Bachelet joue les godiches larmoyantes avec un timbre glauque sorti d’outre-tombe, Aurélien Gabrielli ânonne ses répliques d’une voix de fausset qui le fait tomber dans le crétinisme le plus complet.

L’exubérante Chritine Murillo dans le rôle de Dorine, la servante

Mais pourquoi diable avoir poussé ces excellents interprètes vers un grotesque aussi dérisoire qui, de surcroît, ne fait rire personne ?!!  Pourquoi s’enliser dans le burlesque et la caricature au lieu de demeurer dans la légèreté de la farce et la satire subtile ? Ce n’est pas «  Tartuffe »  que nous livre Michel Fau, c’est une parodie de la pièce de Molière ! Tout y est forcé, faussé et sans aucune émotion : les comédiens semblent désaccordés, leurs tirades sont interminables, quant à la musique de leurs alexandrins, elle a perdu toute sa beauté cadencée. 

Fort heureusement Christine Murillo sauve la mise : le ton juste et la gestuelle généreuse, elle nous offre une Dorine aussi brave qu’impertinente ! Déambulant sur scène dans son ample costume coloré de Baboulia, elle jase, glose savoureusement et égaie la pièce de bout en bout !

Elmire (Nicole Calfan) tentant de séduire Tartuffe (Michel Fau) pour le désavouer aux yeux de son époux (Michel Bouquet)

Il en va de même pour Michel Fau qui campe un Tartuffe aux allures vénitiennes de Don Giovanni. La démarche cardinalice et l’oeil hypocrite, son fanfaron de vertu possède une belle prestance mais il manque de noirceur pour incarner un être aussi perfide que Tartuffe. Avec un tel rôle, l’on aimerait voir le talentueux comédien lacher prise et s’égarer dans des sentiers bien plus sulfureux. 

Pour ceux qui l’ignorent, Michel Fau a été l’élève de Michel Bouquet. L’apprenti dirige à présent le maître, et l’on regrette qu’il nous oblige à critiquer ce très grand acteur : du haut de ses quatre vingt douze ans, Michel Bouquet n’a, en effet, plus la force d’interpréter Orgon. Sa colère ressemble à un râle et ses soliloques demeurent inaudibles même lorsque l’on est assis au premier rang du théâtre. Quel dommage ! La prochaine fois, il faudrait lui confier une partition plus feutrée.

Le Tartuffe de Michel Fau ? Une imposture baroque qui nous fait regretter la mise en scène de Luc Bondy & Micha Lescot.

Le Tartuffe
Une comédie de Molière 
Mise en scène par Michel Fau
Avec Michel Bouquet, Michel Fau, Nicole Calfan, Juliette Carré, Christine Murillo, Justine Bachelet, Georges Bécot, Bruno Blairet, Dimitri Viau, Aurélien Gabrielli, Alexandre Ruby 

Costumes : Christian Lacroix
Assistant à la mise en scène : Damien Lefèvre
Décors : Emmanuel Charles
Lumières : Joël Fabing
Maquillage / coiffures : Pascale Fau
Théâtre de la Porte Saint Martin
18 boulevard Saint Martin – Paris 10e

Réservations : 0142080032
https://www.portestmartin.com/spectacle/piece/le-tartuffe

Jusqu’au 31 décembre 2017 
Samedi à 20h30 – Dimanche à 16h
Durée de la pièce : 2h20
Photos : Marcel Hartman

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 5000 articles et interviews.