Sélectionnée comme meilleur « spectacle musical » aux Molières 2016, cette truculente comédie inspirée de Feydeau n’a pas volé son titre ! Après son passage au Théâtre du Palais Royal et à la Michodière, la voici au Théâtre de Saint Maur pour une représentation unique. Ne la ratez pas !

Mise en scène par Hervé Devolder, cette pièce légère et virevoltante nous raconte la montée à Paris de trois provinciaux bien décidés à y trouver de nobles partis. Au lieu de s’adresser à une agence matrimoniale, ces pauvres roturiers tombent sur un bureau de placement et se retrouvent parachutés comme valet de chambre, maître d’hôtel et cuisinière au service d’un psychiatre !

Dans cette excellente adaptation, tous les ingrédients propres aux vaudevilles de Feydeau sont mis à la disposition du public: une poignée de tromperies, des quiproquos, une avalanche de bons mots et des brassées de rires. Transposant la pièce en opérette,Hervé Devolder et Jacques Mougenot ont eu la bonne idée de transformer le texte initial en couplets agrémentés d’une partition mélodique. On se retrouve ainsi face à une comédie musicale hors du temps où neuf acteurs de grand talent poussent la chansonnette comme de gais lurons.

La farandole s’ouvre en compagnie des confrères d’agences: Messieurs Plucheux et Séraphin, accoutrés de ridicules costumes à carreaux. Apparait ensuite le Docteur Saint Galmier (Arnaud Denissel) et son flegme désarmant: le cheveu plaqué et la mine élégante, ce psychiatre de pacotille mène un libidineux manège en trompant sa promise auprès de Michette, une drôle de danseuse. Embobinée par ce grand coq plein d’assurance, la belle Michette (alternativement interprétée pas Charlotte Filou ou Milena Marinelli) séduit, de son côté, toute l’assistance : parée d’un bustier pigeonnant, de collants verts et d’une robe à faux cul,cette superbe cocotte n’a pas plus froid aux yeux qu’ailleurs: levant la cuisse pour un cancan ou chantant à tue-tête pour nous faire part de ses humeurs, elle est aussi vive que caractérielle!

Face à ce panel de parisiens menteurs et dévergondés, le trio de provinciaux tout droit débarqué de Loches contraste du tout au tout: Laure ressemble à une brave godiche aux yeux ronds, Eugène (Franck Vincent) possède un bagou aussi impressionnant que son embonpoint, quant à Alfred le migraineux (Adrien Biry-Vicente), il incarne un groom des plus cocasses qui n’hésite pas à déclarer son fol amour à une octogénaire ! Chamboulés par les moeurs et le rythme expéditif de la ville, ces pauvres Lochois sont aussi patauds les uns que les autres mais ils se surpassent particulièrement lorsqu’ils se mettent à danser la bourrée en godilles ou quand ils finissent cul nul à l’asile pataugeant dans d’immenses baignoires thérapeutiques!

De méprises en coups de théâtre, cette pièce doit beaucoup à sa très belle distribution d’artistes qui usent avec profusion d’humour et d’autodérision. 

Les Fiancés de Loches? Une comédie légère et délicieusement insolente, comme doit l’être un bon Feydeau!

Bravo encore aux musiciens présents sur la scène (violon – piano – contrebasse) ainsi qu’au costumier Jean-Daniel Vuillermozqui habille tout ce beau monde de textures et de coloris bariolés dans un esprit très « Belle Epoque ».

 

Les Fiancés de Loches
Comédie musicale d’après l’oeuvre éponyme de Georges Feydeau et Maurice Desvallières
Mise en scène et musique: Hervé Devolder
Adaptation et couplets: Jacques Mougenot
Chorégraphies : Catherine Arondel
Avec: Adrien Biry-Vicente, Franck Vincent ou Guillaume Bouchède, Arnaud Denissel ou Hervé Devolder, Fabrice Fara, Clara Hesse, Patrice Latronche ou Jacques Mougenot, Milena Marinelli ou Charlotte Filou, Claudine Vincent, Séverine Vincent 
Piano : Daniel Glet ou Thierry Boulanger 
Violon : Marianne Devos 
Contrebasse : Benoît Dunoyer de Segonzac 
La pièce dure 1h35

Vendredi 15 décembre 2017 à 20h30
Théâtre de Saint Maur 
20 rue de la Liberté
94100 Saint Maur des Fossés
Salle Rabelais

http://www.theatresaintmaur.com

Photos © Stéphane Audran et Fabienne Rappeneau

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.