Alors que c’est un sujet qui fait fureur dans les émissions de télévision, la cuisine n’est pas si souvent mise à l’honneur au cinéma. Défi relevé par le festival du film japonais contemporain Kinotayo, qui va chercher cette année la perle rare : The Last Recipe. Production majeure du line-up 2018/2019, ce film de la société Tôhô fait partie du top 40 des plus grands succès de 2017 sur l’archipel!

Un chef prêt à tout

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
Même sans son restaurant, le jeune chef reste très méticuleux

The Last Recipe est l’histoire de Mitsuru Sasaki, un cuisinier génial pouvant reproduire n’importe quel plat qu’il a goûté. Ce dernier propose donc ses services aux gens fortunés qui exigent une saveur unique, et ce pour rembourser son énorme dette. Car aussi brillant qu’il soit, Mitsuru est tellement exigeant et perfectionniste qu’il n’arrive à travailler avec personne ! Son restaurant ayant finalement fait faillite, il ne peut refuser aucune sollicitation, même quand elle vient de l’étranger.

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
A Pékin, le cuisinier Mitsuru Sasaki va devoir faire face au plus grand défi de sa carrière

Le jeune chef est donc un jour appelé à Pékin par un célèbre cuisiner vétéran de la capitale chinoise, qui le lance dans une mission impossible : recréer le grand banquet de l’Empire du Soleil Levant, une série de recettes datant de l’époque coloniale. A son grand malheur, Mitsuru ne connaît en rien cette recette légendaire, et encore moins son goût! La récompense étant néanmoins très grande, il va faire des recherches sur le cuisinier choisi par l’état-major en 1933, Naotaro Yamagata.

Une reconstruction historique saisissante

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
La reconstitution de Harbin, en Chine septentrionale, est fascinante

C’est alors que The Last Recipe déploie une double narration des plus intéressantes, une grande partie du long-métrage décrivant le travail de Naotaro en 1933. Sa mission pour l’armée le mène en Mandchourie, cette région du Nord-Est de la Chine occupée par les japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale. C’est là que l’intérêt historique du film est très impressionnant, car c’est l’un des rares à offrir une visualisation du Japon colonial, qui plus est aussi minutieuse. On constate avec étonnement l’omniprésence de la langue russe dans les rues de Harbin, mais là encore la rigueur historique est remarquable : la dynastie Qing céda effectivement une grande partie de cette région à l’Empire Russe vers 1860. L’oeuvre de Yojiro Takita est donc extrêmement instructive dans sa reconstruction historique, remarquable des décors jusqu’aux costumes utilisés.

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
Le cuisinier Naotaro est l’archétype du japonais ultra-rigoureux

On y retrouve également bien l’esprit japonais. Naotaro se doit de rivaliser avec le grand banquet de la Dynastie Qing : 108 plats légendaires réservés aux empereurs ! Mais lorsque que le commandement évoque le sujet, pas question de faire « aussi bien » que les chinois : Naotaro est sommé de faire mieux afin que la cuisine japonaise signe un nouveau record et impressionne le monde entier! Perfectionniste, Naotaro n’hésite pas lui-même à recommencer de nombreuses recettes, mêmes quand elles semblent achevées. Il y a vraiment l’idée qu’il ne faut pas seulement accomplir une tâche, mais aussi toujours tendre vers la perfection.

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
Le film dénonce clairement le militarisme du début du 20e siècle

De prime abord, on se dit que The Last Recipe dépeint une version un peu trop idéalisée du règne japonais en Mandchourie. Le scénario appuie effectivement beaucoup sur les relations cordiales entre l’entourage de Naotaro et son assistant chinois QingMing Yang. Le cadre plutôt harmonieux paraît assez en décalage avec la vérité historique, brutale, de l’Etat Mandchou. Cette image un peu trop rose est contre-balancée par l’inquiétant général Miyake, très bien interprété par Yutaka Takenouchi. Le militaire n’a, en réalité, que faire des saveurs et mène de sombres desseins politiques. La réalité de l’occupation japonaise est là bien rappelée, et par des scènes marquantes d’une force considérable.

Amour et cuisine, deux notions qui se rejoignent

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
The Last Recipe comporte également une certaine mélancolie

L’histoire prend alors un tour dramatique, et joue aussi bien sur les émotions que sur le récit historique. Le film renferme une vraie morale, centrée autour de l’humilité. Elle se ressent particulièrement dans le cheminement intérieur de Mitsuru, qui longtemps réfute la vision sentimentale laissée par Naotaro dans ses mémoires. Le personnage redécouvre l’importance du lien humain dans son métier. Le thème de la passation est lui aussi très présent et poignant.

the last recipe cinema cuisine japon histoire colonisation mandchourie
En sortant de la salle, on a vraiment envie d’enchaîner avec un bon restaurant!

Voyage historique, The Last Recipe est également un très beau voyage culinaire. Les aventures de Mitsuru et Naotaro sont parsemées de mets exquis et d’ingrédients fondants à faire baver le spectateur. Le bonheur de préparer et d’apprécier la cuisine, simple ou raffinée, se transmet bien à travers les images du film. C’est aussi le design des plats qui impressionne : le terme « art culinaire » prend tout son sens dans les compositions aux formes recherchées. Certains plats sont tellement raffinés qu’on hésiterait presque à les entamer si on nous les servait…

Grande fresque historique et véritable lettre d’amour envoyée aux gourmets, The Last Recipe est un film aussi atypique que réussi. Émouvant à plus d’un titre, il est instructif et invite à une belle réflexion. Le mélange des genres n’était pas évident, mais le réalisateur Yojiro Takita s’en tire comme un chef !

The Last Recipe

Réalisateur : Yojiro Takita
Principaux acteurs : Kazunari Ninomiya, Hidetoshi Nishijima, Gô Ayano, Aoi Miyazaki
Sortie Japon : 3 novembre 2017
Sortie France : 19 janvier 2019
Genre : Drame, Historique

 

SHARE
Thomas Froehlicher est chroniqueur Japon & Gaming. Rédacteur pour plusieurs sites spécialisés dans le jeu vidéo, il intervient sur l'actualité vidéo-ludique depuis trois ans. Sa passion pour la culture japonaise, aussi bien classique que moderne, l'a poussé à en étudier la langue en parallèle de sa majeure en finance, puis à effectuer un semestre d'échange universitaire à Sophia University à Tokyo. Il est titulaire du Japanese Language Proficiency Test niveau 1 depuis 2012, et depuis ne jure que par les versions originales en japonais.