Altdorfer, Maître de la Renaissance Allemande

Pour sa saison hivernale, le Musée du Louvre vous invite à redécouvrir l’un des grands maîtres de la Renaissance allemande : Albrecht Altdorfer. Contemporain de Dürer et Cranach, ce peintre bavarois possède un très large panel d’œuvres peintes ou gravées qui vont vous transporter avec talent au cœur d’un XVIe siècle aussi croyant que belliqueux.

altdorfer - syma news - musee - louvre - exposition - expo - florence yeremian - portrait - marie - saint - religion - huile - peinture
Crucifixion (splendide détail autour de la Vierge évanouie) – vers 1520 – Huile sur bois – Musée des Beaux-Arts de Budapest

Ses premiers pas : des œuvres maladroites mais si pittoresques

Les premières œuvres d’Altdorfer sont, avouons-le, un peu gauches : ses figures de saints sont épaisses, ses visages difformes, ses vierges corpulentes et son approche anatomique des corps frôle parfois le burlesque.

altdorfer - dessin - gravure - burin - syma news - musee - louvre - exposition - expo - florence yeremian - portrait - marie - saint - religion - huile - peinture
Les premières oeuvres d’Altdorfer sont assez “gargantuesques” – Vierges aux longs cheveux – 1509 – Burin – Albertina de Vienne

Altdorfer ne s’en embarrasse pas, il semble d’ailleurs posséder naturellement cette propension à l’humour et au non respect des proportions classiques; il en découle des silhouettes gargantuesques qui illustrent à ravir des thématiques souvent profanes.

En effet, parallèlement à ses compositions religieuses ou mythologiques représentant la vierge, les saints ou le jugement de Paris, Altdorfer s’amuse à croquer des cantinières, des prostitués, des couples d’amants batifolant dans les champs ou des sorcières s’envolant prestement sur leurs balais pour aller copuler avec le diable.

A la fois paillards et expressifs, ces dessins très pittoresques s’offrent à toutes les interprétations iconographiques.

Polyptyques religieux et cortèges guerriers

altdorfer - syma news - musee - louvre - exposition - expo - florence yeremian - portrait
L’un des rares portraits d’Altdorfer – Portrait de femme – v. 1520-30 – Huile sur bois – Musée Thyssen de Madrid

Le Louvre a choisi de mettre en avant les multiples techniques du maître allemand : parmi ses estampes, ses crayons, ses eaux-fortes et ses huiles, penchez-vous sur le travail d’Altdorfer à l’encre brune ainsi que sur son étonnante série de 40 petits bois illustrant la chute et la rédemption de l’humanité.

Parallèlement à ce livre d’images, laissez-vous entraîner dans le cortège triomphal de l’Empereur Maximilien Ier qui comprend près de 139 planches. Ce cycle équestre déployé à l’horizontale sur les murs rouges du musée nous transporte en grande pompe aux côtés de lansquenets et de gracieux musiciens.

Enfin ne ratez pas les superbes dessins d’Altdorfer ornant les marges du livre de prière de Maximilien. En étant attentifs vous y trouverez des chevalier, de petits paysans ou des libellules d’une grande finesse qui ne font que confirmer ses talents de miniaturiste.

Un art entre l’Allemagne et l’Italie

L’exposition ne se contente pas de montrer la progression d’Altdorfer et sa capacité à se diversifier, elle met aussi en avant l’influence germano-italienne subie par son atelier. Parmi les créations d’Altdorfer, on peut ainsi contempler des gravures sur bois de Dürer, des pièces de Cranach, des burins de Da Brescia ou de Barbari, ainsi que des peintures d’Erhard Altdorfer, son propre frère.

altdorfer - paysage - syma news - musee - louvre - exposition - expo - florence yeremian - cavaliers - musiciens - parade - maximilien empereur - baviere
Ces musiciens bourguignons font partie des panneaux gravés du Cortège de l’Empereur Maximilien

Les œuvres de ces autres artistes nous permettent de mieux discerner la maîtrise de la narration d’Altdorfer ainsi que sa touche expressive qui se caractérise par un tracé vif, un foisonnement de petites virgules, des éclairages très contrastés et des compositions spatiales totalement insolites pour son époque.

Qu’il s’agisse de paysages, de portraits ou même de gravures d’orfèvrerie, il semblerait qu’Altdorfer savait quasiment tout peindre en y insufflant autant de puissance que d’érudition. Pour vous en convaincre, arrêtez-vous devant son tableau représentant La bataille de Charlemagne : vous serez happé par ce fourmillement de soldats et de lances au sein desquels surgissent miraculeusement un souverain paré d’or et son ange salvateur.

altdorfer - paysage - syma news - musee - louvre - exposition - expo - florence yeremian - cavaliers - bataille - combat - excalibur - empereur - baviere
La bataille de Charlemagne (détail) – Musée National de Nuremberg

Pour finir cet intense voyage pictural dans le XVIe siècle allemand, on aurait aimé voir Le combat d’Alexandre et Darius. Cette composition monumentale illustre à elle seule le summum du talent d’Altdorfer. Le panneau est hélas resté à la Pinacothèque de Munich. Qu’à cela ne tienne, les vrais admirateurs d’Albrecht iront le découvrir en terre bavaroise !

Albrecht Altdorfer, Maître de la Renaissance Allemande

Du 1er octobre 2020 au 4 janvier 2021

Musée du Louvre – Rotonde Sully
Renseignements : 01 40 20 53 17

Programmez votre visite en heures creuses car l’exposition propose beaucoup d’oeuvres de petites tailles !

Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.