FIGURA : une autre approche de l’art

Un nouveau concept d’école d’art a vu le jour cet automne à la Villa Vassilief : les ateliers FIGURA. Mis en place par Sébastien Jupille, ces cours remettent au goût du jour l’art figuratif en alternant des leçons de dessin classique et des Masterclass menées par des artistes contemporains. Une très belle initiative !

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Durant sa Masterclass, l’artiste américain Craig Hanna a conçu de A à Z le portrait de la ravissante Anissa.

Pour ce premier cycle, les ateliers FIGURA ont accueilli de très grands artistes à l’exemple de Craig Hanna, Patrick Byrnes, Anthony Mastromatteo ou Travis Schlaht. Afin d’en savoir plus, SYMA News a rencontré l’initiateur de ce projet, Sébastien Jupille :

Florence Yérémian : Comment est née l’idée de Figura ?

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Sébastien Jupille

Sébastien Jupille : J’ai eu envie de proposer des expériences picturales et des enseignements artistiques qu’on ne trouve plus au sein de la capitale : prendre le temps de comprendre les ombres, les volumes, réfléchir au choix exact des couleurs et des diluants, regarder un maitre durant plusieurs heures pour capter sa technique ou l’évolution de sa pensée créative… Ces savoirs enseignés dans beaucoup d’autres pays sont, en effet, absents aujourd’hui de l’Hexagone qui ne voit la création que sous l’axe de l’émotion ou de la spontanéité et relègue aux oubliettes tout le savoir-faire laborieux. Cette approche facile est un comble pour notre pays car tous les ateliers étrangers ont pour référence la France artistique du XIXe siècle ! C’est d’ailleurs en revenant d’un stage à New York en 2015 que l’idée de ce type d’enseignement a germé.

Peut-on parler d’école ou d’atelier ?

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Travis Schlaht commence l’ébauche de sa future peinture. Avec patience et modestie, il a partagé près de 12 heures de travail live avec les élèves de l’atelier Figura.

Il s’agit plutôt d’un atelier. Il n’y a pas de notion de diplôme ou de niveau. L’idée principale c’est qu’on y voit des artistes travailler en temps réel et partager leurs connaissances. Les gens vont et viennent, il y a un processus créatif permanent basé sur l’échange, l’observation et la liberté de chacun. Pour vous donner une idée du concept qui pourrait être à l’origine de Figura, il y a un très beau texte de Courbet : « Il ne peut y avoir d’école pour apprendre à peindre. Il y a seulement des peintres. Les écoles ne sont utiles que pour discerner les processus analytiques de l’art… Je suis incapable d’ouvrir une école d’art pour former des élèves… Je ne peux qu’expliquer à certains artistes qui seraient mes collaborateurs et non mes élèves, la méthode qui a fait de moi le peintre actuel en laissant à chaque personne le contrôle complet de son individualité, de sa pleine liberté et de son expressivité. Pour atteindre ce but, la création d’un studio commun à l’exemple des collaborations artistiques si fructueuses des ateliers de la Renaissance pourrait contribuer à une nouvelle ère de la peinture moderne… » 

Qu’est-ce-qui différencie les cours de Figura des autres cours d’art proposés en France ou sur Paris ? 

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portraitLe savoir enseigné est plus large et va beaucoup plus loin dans son contenu. Le processus de création y est clair et les techniques exposées sont rationnelles car elles se basent sur une observation approfondie des sujets. Dans les cours d’art contemporains d’aujourd’hui, les poses ne dépassent jamais 45 minutes ! A Figura, les séances de dessin et d’observation se font sur des poses très longues pouvant osciller entre 3h et 20h ! C’est une sorte de “slow Art” qui demande vraiment de la patience et de l’humilité !

Quelles techniques enseignez-vous précisément ?

Les cours sont principalement axés sur le dessin et la peinture à l’huile mais la rencontre avec différents artistes est toujours une occasion de découvrir de nouveaux procédés. Figura a pour vocation de multiplier ces expériences pour élargir les horizons autant que possible

Figura donne essentiellement la priorité à l’Art Figuratif ?

Oui, puisque c’est un art basé sur l’observation et la compréhension du réel. Cela va du paysage à la nature morte en passant par le monde animalier et surtout le corps humain. Le nu et le portrait permettent d’aborder l’anatomie.

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Ce superbe nu réalisé par Travis Schlaht dégage autant de douceur que de nonchalance

Dans votre enseignement, vous proposez une approche réaliste de l’art. Selon vous, pourquoi le réalisme est passé de mode au profit de l’art conceptuel ou de l’art abstrait? Est-ce une discipline trop exigeante et trop lente qui ne correspond plus aux valeurs de notre époque ?

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Portrait d’Anissa …

Je pense que ce n’est pas une question de mode. En France il y a eu des mouvements artistiques majeurs qui sont nés à la fin du XIXe siècle comme l’impressionnisme, le fauvisme ou le surréalisme… Autant de révolutions de l’art accompagnées par des révolutions industrielles et sociales laissant penser qu’il fallait absolument rompre avec les méthodes académiques du passé. A l’époque, il fallait donc être nouveau et plonger sans retenue dans la modernité pour que le monde avance ! Être libre ! C’est depuis ces temps qu’on a commencé à vider les ateliers de leurs plâtres et tourner le dos à ces savoirs. Certains voulaient même brûler le Louvre !

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
… par Craig Hanna

Aujourd’hui c’est bien différent : l’art conceptuel a souvent touché le fond et perdu ses aficionados. C’est devenu avant tout un marché qui ne parle qu’à lui même. À l’inverse, l’art figuratif fascine beaucoup plus le public. N’est-ce-pas l’art du XIXe siècle qui remplit avant-tout la Fondation Vuitton ?

Il y a derrière celà une quête de sens que l’art conceptuel a dilué en repoussant sans cesse les limites. Je comparerais ça à ce qui se passe aujourd’hui dans le secteur alimentaire : les gens ont une défiance vis-à-vis de l’industrie et un désir fort de retrouver des aliments de qualités, bio, avec des recettes de grand-mère.

C’est évident, dans le monde agité et dématérialisée qui nous entoure, il y a un besoin grandissant de réapprendre à faire des choses aussi avec ses mains et plus uniquement avec sa tête. Cela replace avec évidence la notion « d’œuvre d’art » au centre du jeux.

Si selon vous la France a définitivement abandonné cette approche réaliste de l’art, d’autres pays l’ont-ils conservée ?

Tout à fait. Nous devons la conservation de ces savoirs classiques principalement aux Américains. Pour des raisons variées, ils n’ont jamais cessé de pratiquer et d’enseigner cet art réaliste. Si l’on cherche, derrière tous les ateliers européens se cache très souvent un artiste américain !

Comment sélectionnez-vous les artistes qui mènent les Masterclass de Figura ? Sont-ils habitués à donner des cours ou faire des démos publiques ? C’est très rare à Paris de voir « les maîtres » à l’œuvre car les Français adorent cultiver l’Art du secret …

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Anthony Mastromatteo a mené 5 jours de Masterclass autour de la nature morte.

La qualité artistique, l’accessibilité et la pédagogie sont mes principaux critères pour choisir les intervenants de Figura. La générosité des artistes à partager leur savoir est aussi primordiale. La plupart de ces maîtres aiment redonner ce qu’ils ont reçu car ils ont eux-mêmes été débutants en quête de savoir et d’informations précieuses. Effectivement, en France, nous sommes plus secrets, plus complexes, et comme notre enseignement est moins structuré et basé sur le ressenti introspectif, il est peut-être moins ouvert. Mais justement certains luttent contre ça, Figura en fait partie !

Pour ce premier trimestre, vous avez fait appel à une majorité d’artistes américains, pouvez-vous nous en dire plus sur chacun d’entre eux ?

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Patrick Byrnes, né en Corée du Sud, a mené ses études dans l’Illinois. Pour Figura, il a accepté de diriger une Masterclass de 10 heures autour de l’art du portrait.

Craig Hanna et Shane Wolf sont les premiers à s’être installés en France. Ils se sont formés à la NY Academy of art pour Craig et à l’Angel Academy of Art à Florence pour Shane.

Travis Schlaht et Kate Lehman sont venus en France il y a 4 ans, il ont appris à peindre également à New York.

Tout comme Patrick Byrnes et Antony Mastromatteo qui lui vit encore aux USA.  Tous sont des artistes remarquables et comme ils vivent dans la capitale, il m’était impossible de ne pas faire profiter les parisiens de leur savoir artistique !

Vous enseignez également au sein de Figura. Quel est votre parcours ?

Je suis designer de formation mais j’enseigne le dessin et de temps en temps la peinture. Mes cours sont principalement axés sur la structure du dessin et l’observation basée sur la géométrie des formes. Je suis une sorte d’autodidacte. Mais je n’ai jamais pu faire de cycle complet dans une école, ayant une vie de famille. J’ai donc fait quelques stages, quelques heures nocturnes chez moi, mais c’est surtout auprès de tous ces artistes et amis américains qui vivent à Paris que j’ai le plus appris. Tout a vraiment commencé lorsque Craig Hanna m’a ouvert les portes de son atelier en janvier 2016.

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portrait
Sébastien Jupille dessine en même temps qu’il enseigne au sein de son atelier

Le premier trimestre a eu lieu à la Villa Vassilieff. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce lieu mythique ?

figura - craig hanna - sebastien jupille - travis schlaht - Anthony mastromatteo - patrick Byrnes - Shane Wolf - art - dessin - peinture - cours - ecole d’art - syma news - florence yeremian - painting - artiste - nu - nature morte - portraitC’est un lieu rempli d’âme car il a vu passer Chagall, Picasso et Soutine. Son passé historique est très porteur. C’est le Montparnasse du début XXe. Marie Vassilieff, une artiste russe installée à Paris y avait son atelier. A l’époque, elle y a aussi ouvert « un bouillon » fréquenté par la communauté artistique de l’époque. Avec Figura nous avons le sentiment de revivre l’histoire 120 ans après dans une belle continuité.  

Qui seront vos prochains artistes invités ?

La prochaine session est en programmation mais les Masterclass ne sont pas encore fixées. Pour en savoir plus, je vous invite à suivre figura.paris sur Instagram ou à me contacter : contact@figura-paris.com

 

Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.