« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » d’après Musset – Théâtre du Lucernaire

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - Paris

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisLa compagnie du Homard Bleu remet Alfred de Musset au goût du jour. À travers leur interprétation de la pièce « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée« , Anne-Sophie Liban et Matthias Droulers réactualisent cet échange amoureux du XIXe siècle en le ponctuant ludiquement de hashtags et de chansons des années 80.

Le thème de cette comédie est fort simple et demeure intemporel : un Comte un peu étourdi fait la cour à une orgueilleuse Marquise qui prétend détester le badinage. Au fil des déclarations et des moqueries, le vrai visage des amants se dessine et laisse enfin place à l’amour…

.

Un dialogue mondain sur fond de hashtags

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisCette courte pièce de Musset ne possède ni la force ni le lyrisme d’On ne badine pas avec l’amour mais elle nous questionne avec humour sur la complexité des rapports entre les deux sexes. Légère, voire un peu creuse, elle s’articule autour d’un dialogue mondain qui évolue progressivement en une amusante joute verbale.

Comme les interprètes-metteurs en scène ont décidé de transposer cet échange romantique au XXIe siècle, la #Marquise est en mini jupe, son petit Salon a des allures de loft, son bal prend place dans une boite de nuit, quant au #Comte qui la courtise, il nous fait tout simplement songer à un hipster coiffé d’un drôle de bonnet.

Complices dans leurs dialogues et leur gestuelle, Anne-Sophie Liban et Matthias Droulers nous livrent un jeu allègre et fort dynamique : miaulant, roucoulant ou chantant à tue-tête, ces deux histrions transforment la scène du Lucernaire en un ring qui devient l’écrin chaotique de toutes leurs chamailleries.

.

Le #Comte et la #Marquise

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisFidèle au personnage de Musset, la Marquise se raille de son galant et refuse qu’il la complimente pour gagner ses faveurs. Féministe avant l’heure, elle n’aime pas se voir en objet de désir et critique les manipulations incessantes du sexe fort à l’égard de ses semblables. Malgré cet avant-gardisme, cette Marquise demeure d’une féminité à toute épreuve : vaniteuse, maniérée et pétrie d’hésitations, elle se contredit sans cesse et joue les orgueilleuses pour mieux se protéger de l’inconstance des hommes…

Face aux sautes d’humeur de cette romantique qui soupire en réalité après le mariage, le pauvre Comte perd son latin (et ses basquettes !). Transformé en larbin dévoué et adulateur, il cherche toutes les politesses possibles pour déclarer sa flamme à la Marquise mais se heurte, à chaque fois, à ses caprices de mondaine…

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisDu point de vue de l’interprétation, l’on voudrait que Matthias Droulers – le Comte – s’offusque d’avantage face aux piques incessantes de sa dulcinée. L’on aimerait aussi qu’il soit plus éloquent dans son argumentation amoureuse: ce comédien maîtrise à ravir le burlesque et l’art de faire rire mais jouer Musset exige également un maintient et une élégance souple qui suppose un double jeu.

Il en va de même pour Anne-Sophie Liban qui n’est pas assez hautaine pour une Marquise ni assez cruelle pour une veuve méprisant les faux-semblants. La jeune comédienne est très à l’aise dans ses escarpins mais son personnage doit être moins conciliant : dès le début de la pièce, l’on souhaiterait qu’elle soit plus froide, plus incisive afin de voir peu à peu son orgueil céder la place à de vrais sentiments.

.

Musset au XXIe siècle ?

L’idée d’adapter Musset à notre époque est très judicieuse étant donnée l’universalité de son propos sur l’amour, néanmoins il ne suffit pas d’ajouter des iPod et du Niagara pour réussir une telle manœuvre …

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisDéplacer un texte du XIXe siècle dans un décor contemporain est devenu chose courante mais il faut que cela fonctionne : en mélangeant la prose de Musset à un vocabulaire, une élocution et des gestes propres à notre époque, l’on perd ici toute sa distinction et son élégance. Ce n’est pas l’anachronisme scénique qui dérange mais le fait d’être entre deux époques sans vraiment en investir aucune : lorsque l’on choisi de conserver un texte classique, son interprétation demande plus de noblesse et plus d’insistance dans la diction. Si par contre l’on souhaite apporter un esprit contemporain à une pièce, cela nécessite de l’audace, une sensualité plus marquée et d’avantage de liberté. Tout est donc question de dosage et de juste maîtrise des deux registres !

Dans cette adaptation justement,  la « cool attitude » des protagonistes nuit à la beauté du texte et, inversement, l’aspect châtié et un peu désuet de ces dialogues comprime les acteurs dans une retenue qui paraît excessive pour notre siècle. Lorsqu’il passe de « Madame La Marquise » à la bande son de Game of Thrones, le spectateur ne parvient à s’identifier à aucune époque et il visionne la pièce comme il le ferait d’une comédie burlesque ! Cela est fort dommage car ce manque d’exigence et de parti pris ramène l’oeuvre de Musset au niveau d’un simple vaudeville !

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisTout y est trop poussé, brusqué, confus également : le rythme n’est pas constant, il y a des phases excessivement lentes et d’autres survoltées ; il n’y a pas, non plus, cette ascension subtile et graduelle qui mènent les deux amoureux vers la demande en mariage tant attendue.

Certes, notre XXIe siècle est dans la précipitation et la déclaration par SMS mais au théâtre, il est encore possible de laisser une place aux subtilités et aux réflexions sous-jacentes qui fond la richesse d’un texte quelle que soit son époque…

.

Que dire ? La thématique est bonne, les acteurs enthousiastes, la mise en scène ingénieuse… Peut-être faudrait il réécrire ce texte galant dans un langage plus actuel afin qu’il quitte la parodie et gagne en véracité ? À voir…

#Musset – PDF SYMA News – Florence Yérémian

.

Musset - Alfred de Musset - Il faut qu'une porte soit ouverte - Lucernaire - - Comédie - Théâtre - Anne Sophie Liban - Matthias Droulers - Syma News - Rires - Syma Mobile - Florence Yérémian - # - #Musset - #Marquise #Comte - ParisIl faut qu’une porte soit ouverte ou fermée
D’Alfred de Musset

Mise en scène et interprétation : Anne-Sophie Liban et Matthias Droulers

Le Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
Réservations : 0145445734

Jusqu’au 19 aout 2018

Du mercredi au samedi à 21h
Le dimanche à 17h

Photos ©Stanislas Liban

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.