Dorothée Gilbert incarnant Cupidon

Le Don Quichotte de Noureev n’est pas un ballet, c’est une fête. Une fête de la danse où fourmillent des dryades, de fiers matadors et d’allègres bohémiens. Une fête andalouse également qui rend hommage à l’Espagne à travers d’immenses moulins et de somptueux décors mauresques. Une fête costumée enfin où les excentriques personnages de Cervantès côtoient de graciles ballerines fusionnant ainsi la farce et l’élégance.

Ce ballet originellement chorégraphié par Marius Petipa s’inspire évidemment des aventures épiques de Don Quichotte et Sancho Pança mais il donne la part belle aux amours contrariées du barbier Basile et de la belle Kitri: poursuivie par un père insatiable et courtisée par le ridicule Gamache, Kitri ne cesse de fuir en compagnie de son amoureux. Passant d’une taverne à un campement de gitans, ce jeune couple nous entraine dans des scènes de séduction, de jalousie et de déguisement qui se déploient à travers toutes sortes de variations : entre le menuet, la valse ou les danses espagnoles, l’on assiste ainsi à un tourbillon festif porté par la baguette de Valery Ovsyanikov qui dirige l’Orchestre de l’Opéra national de Paris.

Karl Paquette dans le rôle du barbier Basile

Dans cette mascarade spectaculaire, la distribution varie au fil des jours et des représentations. Les duos les plus attendus reviennent à Ludmila Pagliero/Mathias Heymann et Leonore Baulac/Germain Louvet.

En date du 13 décembre 2017, le rôle titre de Kitri est revenu à Myriam Ould-Braham: vive et mutine, cette belle Étoile a livré une approche très technique de sa protagoniste délaissant un peu la suavité hispanique propre à Kitri. A ses côtés, Karl Paquette s’est vu attribué le personnage de Basile qu’il a interprété à la façon d’un prince nordique : la carrure imposante et le cheveux blond, il nous a offert une belle qualité de sauts mais n’a pas eu le sang assez chaud pour incarner la figure impétueuse d’un barbier espagnol. 

Yann Cailloux et Erwan Le Roux interprètent avec allégresse Don Quichotte et Sancho Pança

Parmi les amies de Kitri, la jeune Charline Giezendanner s’est magnifiquement distinguée :  tour à tour espiègle, souriante et précise dans sa gestuelle, cette danseuse a rayonné de grâce durant toute la soirée. Citons également la dextérité de Sébastien Bertaud en fougueux chef des gitans, les délicieuses facéties de Cyril Mitilian paradant sous le ridicule haut-de-forme de Gamache, ainsi que la présence (hélas trop discrète) de Dorothée Gilbert qui a délaissé son rôle titre pour celui de Cupidon. 

Don Quichotte face au Chef des Gitans sous le regard « chapeauté » de Gamache

Déambulant parmi tous ces entrechats et ces grands jetés, Erwan Le Roux (Sancho Pança) et Alexis Renaud (Don Quichotte) ont apporté une succulente touche de burlesque à ces figures académiques : l’oeil fou, la démarche gauche ou la panse débordante, ils se sont transformés en ivrogne et « chevalier à la drôle de figure » pour notre plus grand plaisir. 

Karl Paquette et Dorothée Gilbert dans les rôles titres de Basile et Kitri

Il y a donc de la farce dans ce fastueux divertissement de Noureev qui n’en demeure pas moins l’un des ballets les plus difficiles à danser du répertoire classique. Pour vous en convaincre, attendez donc de découvrir le dernier acte : vous y verrez les Étoiles, les premiers danseurs et l’ensemble du corps de ballet y déployer le meilleur d’eux-même. Révérence ! 

Don Quichotte? Un arc-en-ciel dansé pour illuminer votre hiver.

 

 

Don Quichotte
Ballet en un prologue et trois actes
Livret : Miguel de Cervantès
Musique: Ludwig Minkus
Chorégraphie : Rudolf Noureev d’après Marius Petipa
Décor: Alexandre Beliaev 
Costume: Elena Rivkina
Lumières: Philippe Albaric
Orchestre de l’Opéra national de Paris dirigé par Valery Ovsyanikov 

Avec : (distribution du 13 décembre) Myriam Ould-Braham (Kitri) et Karl Paquette (Basilio), Alice Renavand (la Reine des Dryades), Florian Magnenet (Espada), Hannah O’Neill (la Danseuse de rue), Dorothée Gilbert (Cupidon), Valentine Colasante (la Première Demoiselle d’honneur), Séverine Westermann et Charline Giezendanner (deux amies de Kitri) et Sébastien Bertaud (le Gitan) 

Opéra Bastille 
Place de la Bastille – Paris 12e
Réservations : 0892899090

https://www.operadeparis.fr/saison-17-18/ballet/don-quichotte#head

Jusqu’au 6 janvier 2018
2h50 avec 2 entractes

Crédits Photos :  Svetlana Loboff et Julien Benhamou / Opera National de Paris

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.