Cette nouvelle pièce d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre est un marathon théâtral à deux voix.

L’histoire se passe au XXe siècle et raconte l’ascension sociale de deux frères écossais. Partis de rien, ces jumeaux (nés à trois minutes d’écart) vont réussir à bâtir l’un des plus grands empires financiers de Grande Bretagne. A coups de discours, de spéculation et d’opportunisme, ils vont faire tomber tous les obstacles, investir dans l’hôtellerie, gagner le titre de Lords et consciencieusement dissimuler leur fortune au sein d’une ile anglo-normande. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si ce petit paradis fiscal quelque peu sexiste n’empêchait ces octogénaires de faire hériter leurs filles… uniques !

Pour créer cette farce politique, Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre s’est inspiré du parcours réel des frères Barclay. Durant les années 80, ces deux milliardaires se sont, en effet, malicieusement installés sur l’ile de Brecqhou afin d’échapper au fisc. Au moment de « leur fuite », ces vieux grigous ne savaient pas encore que les insulaires normands avaient conservés un régime féodal pouvant déranger leurs affaires et ils ont mis la moitié de l’île au chômage pour obtenir gain de cause.

C’est en partie sur cette aberration archaïque et sur le pouvoir de l’argent que repose la pièce. Comme son nom l’indique, « Deux frères et les lions », met en opposition une fratrie et les 2 fauves de l’étendard normand. Aussi caustique que spirituelle, la mise en scène se contente d’un duo d’acteurs mais croque à merveille l’arrivisme de ces self-made-men pris dans la tornade féconde des Trente Glorieuses.

Très impliqué dans cette critique des affres du capitalisme, Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre ne se contente pas d’en être l’auteur et le scénariste, il interprète aussi le rôle du frère « aîné ». Fonceur et insatiable, son personnage possède un humour corrosif et un côté fairplay fort bien simulé. À ses côtés, l’énergique Lisa Pajon lui donne la réplique au quart de tour en terminant ses phrases et en acquiesçant ses dires: le cheveu court et l’oeil inquiet, la menue comédienne incarne, quant à elle, un frère cadet aussi prudent que paranoïaque.

Vêtu de combinaisons bleues, ce drôle de tandem nous fait penser à un aigle à deux têtes incapable de lâcher prise ou de se poser. Déclamant à l’unisson leurs dialogues, ils s’épaulent, s’enlacent, chantent en coeur, jonglent avec les phrases et font défiler toute la vie de leurs protagonistes devant nos yeux. Tour à tour hargneux ou audacieux, ils racontent avec nostalgie les petits boulots, la faim dans le ventre, la débrouille, la fortune… L’exercice choral est périlleux mais portés par leur enthousiasme et leur rigueur technique, ces deux comédiens réussissent à nous offrir une narration où les mots ne cessent de fuser et de rebondir.

La puissance de cette pièce repose d’ailleurs sur son orchestration féroce et inattendue. Avant même d’être assis à votre place, vous allez être séduits par ces talentueux hurluberlus qui vous interpellent amicalement ou vous proposent un verre au beau milieu de leur spectacle.

Beaucoup de panache donc dans cette mécanique théâtrale mais aussi une bonne dose d’humour British arrosée alternativement de thé ou de whisky. De l’esprit enfin, car l’écriture d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre nous porte vers un théâtre politique qui amuse tout en incitant à la réflexion : en dressant le portrait gémellaire de ces deux frères, l’auteur se moque ouvertement des arrivistes et des travers du capitalisme. Il a cependant l’intelligence de nous montrer que la mainmise d’un état censément démocratique peut être aussi nocive que la privatisation…

En quittant la salle, l’on se dit qu’en ce bas monde la soif de pouvoir et l’avidité ne restent jamais impunies… Puis l’on trinque à la Reine, comme les deux frères, en riant du dernier scandale des Paradise Papers !

Cheerz !

Deux frères et les lions
De Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Mise en scène de Vincent Debost et Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Avec Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Lisa Pajon (ou Romain Berger)

Théâtre de Poche
75 boulevard du Montparnasse
Paris 6e

Jusqu’au 31 décembre 2017
Du mardi au samedi à 19h
Le dimanche à 17h30
Réservations : 0145445021
www.theatredepoche-montparnasse.com

Photos : DR Théâtre Irruptionnel

 

 

 

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 5000 articles et interviews.