L’occupation

Malgré son titre, cette pièce ne parle absolument pas de la seconde guerre mondiale. Elle évoque néanmoins un conflit bien réel  : celui d’une femme de quarante ans rongée par la jalousie. Alors qu’elle vient de quitter son amant, cette femme apprend qu’il l’a déjà remplacée par une autre… Mais qui est donc cette nouvelle maîtresse qui vit bourgeoisement dans le 7e arrondissement et se permet, de surcroît, d’être plus âgée qu’elle ? Pas à pas, cette rivale va « occuper » la totalité de ses pensées au point qu’elle va mettre tout en oeuvre pour tenter de lui attribuer un visage. Mais, à bien y réfléchir, le doit-elle vraiment ?…

;

L'occupation - Romane Bohringer - Thetre de l'oeuvre - Théâtre - Paris - Amour - Jalousie - Trahison - Passion - Syma News - Syma Mobile - Florence Yeremian

.

Quand la jalousie vous ronge…

Tiré du livre d’Annie Ernaux (Prix Renaudot 1984), ce monologue se déploie comme une confession aussi désespérée qu’ironique. Interprété avec beaucoup d’authenticité par Romane Bohringer, il expose avec précision toutes les pensées intimes de la narratrice qui transforme sa rivale en une figure obsessionnelle. Qu’à t’elle donc de plus qu’elle cette inconnue pour que son amant la préfère ? Est-elle belle ? Riche ? Fait-elle mieux l’amour ? Loin de toute rationalité, notre héroïne au coeur brisé va partir à la recherche du moindre détail pour briser cette liaison qui la paralyse. 

;

L'occupation - Romane Bohringer - Thetre de l'oeuvre - Théâtre - Paris - Amour - Jalousie - Trahison - Passion - Syma News - Syma Mobile - Florence Yeremian

.

Une pièce cathartique

Écris dans un esprit cathartique, ce texte très contemporain est en fait une crise de jalousie soigneusement décortiquée. La pièce pourrait être banale et un brin redondante si elle n’était incarnée par Romane Bohringer qui s’y investit entièrement. Audacieuse et sans fard, la comédienne apporte une respiration à cette écriture nombriliste qui enlise le spectateur dans les caprices d’une quadra pétrie d’égoïsme. 

En effet, comment en vouloir à son amant de vouloir refaire sa vie alors que l’on vient consciemment de le jeter ? Cette illustration parfaite de déraison féminine montre à quel point l’on finit par tomber dans la souffrance la plus complète lorsque l’on est possessive et de mauvaise foi ! À l’exemple de cette héroïne maraboutée, l’on peut alors perdre toute sa dignité, passer son temps à espionner les autres et atteindre un stade où l’on admet la légitimité des crimes passionnels !

.

.

Romane Bohringer : une héroïne contemporaine, sensuelle et authentique

Pour nous raconter ce sentiment d’impuissance et de frustration paranoïaque, Anne Ernaux utilise une langue crue et possédée qu’elle déverse d’un bout à l’autre de son texte. Fidèle à cette prose pétrie de fiel et d’érotisme, Romane Bohringer ne garde pas sa langue dans sa poche et s’exclame avec autant de rancœur que de sensualité. Tandis qu’elle râle, rage, peste, s’égare et se laisse merveilleusement engloutir par la jalousie, les vidéos de Pierre Pradinas défilent en fond de scène et le compositeur Christophe « Disco » Minck l’accompagne ludiquement au synthétiseur ou à la harpe. Pleine d’astuces Romane nous séduit autant qu’elle nous interpelle car elle parvient étonnement à « péter les plombs avec flegme » ! Il faut dire que sa maitrise du texte est telle qu’elle conserve une distance et une légèreté délicieuse sur ce constat de femme trahie transformant ainsi les maux d’Annie Ernaux en des mots d’une ironie grinçante !

Bravo Romane !

L'occupation - Romane Bohringer - Thetre de l'oeuvre - Théâtre - Paris - Amour - Jalousie - Trahison - Passion - Syma News - Syma Mobile - Florence Yeremian

.

L’Occupation – PDF SYMA News – Florence Yérémian.

L'occupation - Romane Bohringer - Thetre de l'oeuvre - Théâtre - Paris - Amour - Jalousie - Trahison - Passion - Syma News - Syma Mobile - Florence YeremianL’occupation
Texte d’Annie Ernaux
Mis en scène : Pierre Pradinas
Avec Romane Bohringer et Christophe « Disco » Minck

Musique originale : Christophe « Disco » Minck
Scénographie, lumières et images : Orazio Trotta et Simon Pradinas
Maquillage / coiffures : Catherine Saint-Sévère
Assistants à la mise en scène : Aurélien Chaussade et Marie Duliscouët
Son: Frédéric Bures

;

Théâtre de l’oeuvre
55 rue de Clichy – Paris 9ème
Réservations : 0144538888

Du 4 octobre au 2 décembre 2018
Du jeudi au samedi a19h et les dimanches à 17h30

Durée du spectacle 1h05

Photos : ©Marion Stalens

 

Partager
Florence Yérémian est journaliste culturelle. Rédactrice auprès de Muséart, Paris Capitale, L’Oeil ou le BSC News, elle couvre l’actualité parisienne depuis plus de vingt ans. Historienne d’Art de formation (Paris Sorbonne & Harvard University), correspondante en Suisse et à Moscou, elle a progressivement étendu ses chroniques au septième art, à la musique et au monde du théâtre. Passionnée par la scène et la vie artistique, elle possède à son actif plus de 10000 articles et interviews.