Depuis quelques années maintenant, les forfaits sans engagement ont totalement changé le rapport des usagers aux offres mobiles. Désormais, les consommateurs profitent en effet de bien plus de liberté qu’à l’époque où les forfaits subventionnés régnaient en maîtres.

C’est indéniable, les services complets et prix réduits participent au succès des formules libres de contrat. Mais c’est aussi d’un point de vue pratique que les forfaits sans engagement se distinguent. Démarches simplifiées, absence de frais de résiliation et possibilité de bénéficier des meilleures promotions, les atouts de ces forfaits sont multiples. Pour que chacun puisse changer d’opérateur dans les meilleures conditions, on fait le point sur les quelques modalités à respecter.

Trouver le forfait qui correspond à ses besoins

Avant toute chose, un changement d’opérateur est initié par une recherche préalable. Il est effectivement nécessaire de se renseigner sur le forfait pour lequel on va résilier l’offre en cours. Pour faire son choix, plusieurs critères sont alors à prendre en considération. Bien évidemment, les possibilités en termes de communications, de données mobiles ou de services de divertissement en font partie. Mais il est également intéressant de s’attarder sur les avis des consommateurs. En dehors du tarif, la qualité des services et notamment la couverture réseau sont effectivement des points importants.

Vérifier la durée restante du contrat

Depuis plusieurs années, les consommateurs délaissent les forfaits subventionnés récemment décriés au profit des offres sans engagement. Pour ceux ayant déjà un forfait libre de contrat, le changement d’opérateur peut se faire à tout moment. Et ce, sans frais. Pour les autres, il est nécessaire de prendre quelques précautions. Afin de ne pas avoir de mauvaise surprise lors de la résiliation, il est effectivement conseillé de vérifier sa période d’engagement.
Si cette dernière est terminée, alors le changement d’opérateur peut se faire sans problème. Dans le cas contraire, il faut sortir la calculette. Pour un forfait dont la période d’engagement est de 24 mois, la loi Châtel entre en vigueur. Après la première année de contrat, les usagers peuvent en effet changer d’opérateur. Le montant à régler correspond alors au quart de la somme totale des mensualités restantes.

Conserver son numéro avec le code RIO

Une fois les calculs savants réalisés, il revient à chacun de déterminer si le moment est opportun pour changer d’offre. En cas de somme trop importante à débourser, attendre quelques mois peut être une bonne alternative. Avec un peu de chance, un forfait encore plus attractif sera proposé d’ici là. Pour ceux qui sont en mesure de changer d’opérateur, un autre choix est à faire. Il est ainsi possible de décider d’ouvrir une nouvelle ligne et de bénéficier d’un nouveau numéro. Toutefois, une autre configuration est le plus souvent préférée.
La seconde alternative consiste à conserver son numéro de téléphone. Pour cela il est alors nécessaire de renseigner son relevé identité opérateur (RIO). Ce code permet de transférer la ligne de l’ancien opérateur au nouveau. À noter qu’en communiquant ce code au nouvel opérateur, on donne l’autorisation à ce dernier de résilier l’offre en cours. Grâce aux forfaits sans engagement, les démarches sont effectivement simplifiées et les procédures se font principalement entre opérateurs.

Maintenant que vous avez consulté la procédure à suivre, il ne vous reste plus qu’à faire votre choix. Chez Syma Mobile, les offres sans contrats de durée sont adaptées à tous les profils de consommateurs. Vous avez les clés en main, à vous de jouer !

 

Source : MonPetitForfait

Partager
Chloé Athiel est une passionnée du monde digital. Férue de nouvelles technologies, elle est en charge de la communication de la société de téléphonie SYMA mobile. Elle est également rédactrice pour Syma News.